Activité sophrologie Louhans | Sophrologie Solution
16276
post-template-default,single,single-post,postid-16276,single-format-standard,bridge-core-1.0.5,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive
 

Se détendre avec la sophrologie pour optimiser sa recherche d’emploi

Se détendre avec la sophrologie pour optimiser sa recherche d’emploi

La période de chômage peut être une épreuve morale et physique qu’il faut alors savoir affronter. Rien de telle que la sophrologie pour se relaxer, relativiser… et repartir du bon pied !

N.B. : ce billet a été écrit suite à l’intervention de la sophrologue Fatiha Di Franco auprès du club le jeudi 12 décembre 2015.

Stress, abattement, fatigue, insomnie, fébrilité… En général, la période de recherche d’emploi n’est pas un long fleuve tranquille. Le chômage est vécu comme un échec personnel qui affecte le moral et l’estime de soi, sans compter la pression sociale. Cela n’est pas sans effet sur la qualité de la recherche d’emploi où les savoir-être comptent autant que les savoir-faire. Il est donc primordial de savoir relativiser afin de mieux gérer ses émotions.

Le recours à la sophrologie peut aider. Étymologiquement l’« étude d’une conscience harmonieuse », il s’agit d’une technique psychocorporelle qui agit sur le corps et le mental. Elle combine des exercices de respiration, de décontraction musculaire et de visualisation positive afin de se reconnecter avec ses propres sensations et son corps. Or, le stress est un élément perturbateur de ce processus. Il limite les capacités d’adaptation de l’individu. Il produit des réponses spécifiques selon la personne et les situations (pleurs, hystérie, frustration…) ; dans tous les cas, elles demeurent néfastes pour le bien-être du sujet et sa capacité à agir de façon autonome.

Ce dernier doit alors pouvoir bénéficier de « sas de décompression ». La sophrologie peut offrir une réponse en nous apprenant à bien respirer, entre autres…

« Qui respire bien, pense bien ; qui pense bien, agit bien »

En effet, le cerveau consomme un tiers de l’oxygène respiré. Le stress et la mauvaise gestion des émotions perturbent la respiration ; celle-ci part du niveau claviculaire alors qu’elle devrait être abdominale (comme les bébés !). Il faut donc (ré)apprendre à respirer avec le ventre pour « masser » ses émotions. Pour cela, il convient de pratiquer cet exercice quotidiennement matin, midi et soir (couché).

Toutefois, ces exercices seuls sont insuffisants sans un travail sur soi pour développer un état d’esprit plus serein. Il ne s’agit pas de se voiler la face mais de prendre conscience de la réalité objective, pour vivre davantage dans la situation présente : là où nous nous trouvons.

La période de chômage peut conduire à broyer du noir en analysant tout évènement par le prisme de l’échec personnel et du sentiment de culpabilité. Pour ceux qui s’inscrivent dans un processus négatif, la sophrologie se révèle être une véritable alliée proposant des solutions pour nous permettre de rester connecter à nos ressources et à nos capacités.

Enfin, la sophrologie nous offre différentes techniques pour mobiliser notre potentiel et en faire des moyens d’actions (créer un réseau, affronter un entretien…). Elle nous aide également à nous projeter dans un avenir professionnel de manière plus sereine.

No Comments

Post A Comment